Avis à la population

Merci de me prêter votre oreille : je vais vous interpréter une musique d’idées et de mots, sur un air d’émotions ! Je vais vous entretenir d’un sujet qui nous touche toutes et tous, une affaire qui nous lie. 


L’histoire commence ainsi :

De part la vilenie d’un vicieux virus, les tristes Sires de notre pays ont déclaré l’état d’urgence. Soyons responsables et suivons les directives pour venir à bout de ce fléau. Point de jugements car la cause est réelle, mais les pendards en ont profité pour ajouter de la peur à la peur !

Ils ont jugé et divisé, tranchant dans le cœur de nos vies, sans demander notre avis : par ici ce qui est bon et de l’autre coté, ce qui est mauvais...ah pardon « Non essentiel ». Car c’est là que le monstre vicieux se cache : diffusant son venin, poignardant nos espoirs : nous isolant, nous accablant, nous culpabilisant : sommes nous essentiels… à la vie ?


Mon métier fait partie des Arts du Spectacle, je dirais même qu’il est un des maillon de la Culture. Je ne vous parle pas de celle qui se débat dans les théâtres, scènes, opéras et autres musées. Le bras de fer est engagé et vous en entendez assez parler.

Je vous parle de la Culture dite « Populaire », la vôtre et la mienne, celle qui nous fait vibrer intérieurement, celle que nous partageons intimement. La Culture des fêtes de villages, des foires à la saucisse, des fêtes historiques, des bals, des anniversaires, des mariages, des samedi soir à la buvette, des grandes tablées, des sorties du dimanche.

Ces Arts du Spectacle qui créent des liens sociaux, qui permettent de communiquer, d’échanger, qui cultivent la différence, qui enseignent, qui font rêver, se déconnecter du réel, se ressourcer, se recentrer sur soi, qui créent des relations humaines, des émotions.

Quelle soupape de sécurité, quelle respiration !

Aujourd’hui on nous dit que tous ces instants de vie générés par les Arts sont dangereux ! Que nous regrouper pour partager des émotions est plus dangereux que de prendre le bus ou s’entasser au supermarché...


Je conteste ici et en ce jour,
la mise aux fers de la Culture !

Vous savez bien, il n’y a rien de plus essentiel qu’un rire ou qu’une larme, il n’y a rien de plus scintillant qu’un sourire offert, il n’y a rien de plus fort qu’un regard partagé. Il n’y a rien de plus beau qu’un public face à son artiste.

Souvenez vous les étincelles dans vos yeux et ceux de vos enfants lorsqu’une fée ou un chevalier arrivaient sur la place. Souvenez vous de votre émerveillement devant le jongleur ou l’échassier, souvenez vous de vos peurs face au cracheur de feu, souvenez vous de vos rires quand le clown tombe avec fracas, souvenez vous de vos battements de cœur à l’écoute d’un musicien de rue, souvenez-vous vos applaudissements qui encourageaient ce jeune artiste tremblant de trac, souvenez vous de la douceur des mots d’un conteur …..


Nous ne voulons plus nous souvenir du passé avec nostalgie. Nous ne pouvons pas accepter cette culture qu’on nous impose sur un petit écran.

Nous ne voulons pas attendre le bon vouloir des tristes sires en nous retirant du monde.


Je ne veux plus survivre…..je veux vivre !

Je veux échanger des émotions avec vous. Je veux partager et échanger avec vous des rires et des larmes, des mots et des regards. J’ai besoin d’entendre vos voix et vos applaudissements,


L’histoire continue ainsi :

Reprenons ce qui est à nous : les rues, les places, les fêtes et foires, les villes et villages, les quartiers.

Les Arts vous appartiennent, c’est ça la Culture populaire : une culture pour tous et partout.


Je reviens vers vous, avec mes mots, mes émotions, mes spectacles, je vous attends à la croisée des chemins.


Parole de Colporteur, on va en parler.

Merci et à Bientôt


Mars 2021



19 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout